La vrai simplicité consiste à apporter de l’ordre à la complexité

Alors que Le Monde vient d’annoncer la mise en ligne prochaine d’une version française du site Huffington Post, premier site d’information américain devant le New York Times, voilà que CB News annonce ce matin le lancement d’une webradio par Médiapart hier soir. Il semble que les média rentrent de plein pied dans la préparation des présidentielles et alignent leurs cartouches avant de dégainer. Faudrait-il en déduire comme l’a déclaré récemment Benoît Thieulin, fondateur de La Netscouade, dans le Stratégies du 13 octobre que « La présidentielle 2012 devrait marquer le retour de l’intermédiation et du rôle des journalistes et des think tanks » ?

Lors d’un article récent du Monde consacré à son opération, le journal à ouvert ses colonnes à la créatrice du média, Arianna Huffington. Celle-ci a notamment déclaré « Le Huffington Post est à la fois une entreprise de presse et une plate-forme collaborative. En tant que plate-forme, nous sommes accessibles à des gens qui veulent exprimer leur point de vue, parler de leurs passions, de leurs idées politiques, etc. Plus de 20 000 blogueurs nous proposent leurs contenus. Ce n’est pas vraiment du travail, on ne les oblige pas à écrire. C’est le principe d’Internet. Les internautes qui mettent à jour Wikipédia ne sont pas payés. »

Comme le rappelle Calimaq dans son article « Non Arianna, le Huffington Post n’est pas Wikipédia« , « Le Huffington Post, site d’information pure player, a construit une partie de sa réussite autour de la reprise de billets de blogs, qui venaient enrichir les contenus produits par les journalistes professionnels travaillant pour la plateforme. Il s’agit également d’un site qui génère énormément d’interactions, avec plus d’un million de commentaires par mois ». On comprend tout de suite la levée de bouclier des blogueurs contributeurs qui ne verront pas un dollar de sa revente à AOL par sa fondatrice pour la coquette somme de 315 millions de dollars ! Encore une fois, et comme c’est bien souvent le cas, le crowdsourcing bénéficie plus au propriétaire du média qu’à ses contributeurs sur lesquels reposent pourtant le modèle et la croissance du « Huff Post ». Rien de comparable donc avec les acteurs de la presse qui se sont développés sur Internet et proposent bien souvent une plateforme de blogs intégrée comme autant de tribunes ouvertes aux internautes avides de donnée leur avis ou de partager leur propre analyse. La limite est ténue mais elle est réelle. Alors âge d’or du journalisme avec Internet et sa dimension participative ou diversification de la monétisation du site ? L’échec de certains Pure Player comme Le Post – propriété du monde – et la fragilité d’autres comme Rue89.com, premier média participatif créé en France sur le principe de l’information à 3 voix, nous montre que la donne n’est pas aussi simple et que cet Âge d’Or n’en est qu’à ses balbutiements.

Loading Facebook Comments ...

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *