Shiva social

Facebook et le paradigme de Shiva

Attention, les règles du jeu sont en train de changer. Avec l’évolution des usages liée à la croissance constante de mobinautes, les médias et réseaux sociaux ont changé leur fusil d’épaule et prônent la fragmentation convergente des services. Le travail des community manager et des professionnels de la communication risque de se complexifier.

Pourquoi les médias et réseaux sociaux multiplient le nombre d’applications mobiles  ?

Jusqu’a présent les médias et réseaux sociaux misaient sur leur application mobile éponyme pour fidéliser leurs membres et s’assurer que chaque instant de libre soit transformé en visite, et donc indirectement en argent. Facebook en est un bon exemple. En trois ans, le chiffre d’affaire généré par le mobile est en effet passé de 0% à plus de 60% de son CA annuel total, et plus de 65% des inscrits sur Facebook en France y accèdent depuis leur mobile. La tendance est similaire pour les autres plateformes. Tout le monde n’a qu’un mot à la bouche, MOBILITÉ.

Pourquoi une telle réorientation hautement stratégique ?

D’abord parce que une personne sur cinq dans le monde se connecte à Internet depuis un ordinateur contre quatre sur cinq depuis un terminal mobile, smartphone et tablettes pour l’essentiel. Ensuite parce que les internautes deviennent plus matures dans leur comportement, l’effet de nouveauté s’estompe vite et la concurrence pour Facebook ou Twitter n’est qu’à un éfleurement de doigt pour télécharger une nouvelle application à la mode, même si l’internaute français est particulièrement grégaire. Dans ces conditions l’effet de seuil, si j’ose dire, est déterminant pour que le nombre d’inscrits et d’utilisateurs actifs se transforme en croissance forte face aux concurrents et la maintienne. Dans de nombreux pays, le seuil n’est pas encore atteint (il se situe autour de 60% des internautes d’un pays donné pour Facebook dans la majorité des pays où il s’est imposé), mais en France les deux tiers des internautes sont inscrits sur Facebook. Le palier est atteint. Et c’est là que la concurrence s’exacerbe. Il ne suffit plus à garder l’avantage et maintenir un pouvoir d’attraction, au contraire le leader ne représente plus un enjeu voire il se banalise dans le pire des cas. C’est pourquoi il est indispensable en tant que professionnel de la communication de ne pas sauter sur la moindre opportunité nouvelle qui se présente sur Internet. Il est primordial pour les acteurs historiques non seulement de ne pas se faire dépasser par un concurrent mais aussi de coller toujours plus aux différents usages des internautes pour les fidéliser et s’assurer de leur activité source de chiffre d’affaire. Comment ? En multipliant les applications mobiles pour coller aux différents usages de leurs utilisateurs.

Une application pour chaque usage.

Pour Facebook, citons l’application Facebook, Messenger (devenu obligatoire pour chatter via Facebook, ce qui n’est plus possible dans la première), sa nouvelle application Slingshot pour concurrencer Snapchat, Instagram pour les preneurs de photos et de vidéos, et enfin depuis quelques jours Hyperlapse, la petite soeur d’Instagram pour la prise et le montage de vidéos en accéléré. Comment gérer cette démultiplication qui fait des community managers et autres professionnels de la communication on-line des avatars de Shiva aux multiples bras sans cesse en mouvement ? Pour reprendre un oxymores répandu, il est urgent de toujours attendre. Et surtout de maîtriser les fondamentaux (SEO, stratégie de contenus cohérente, respect des standards du Web, utilité et réactivité) pour agir avec plus d’agilité quand l’opportunité se présente, et créer de la valeur client.

 

Author: Nicolas Bariteau Fondateur de The ThinkLab #Bordeaux #Paris Conseil/formation transformation digitale #stratégies Internet #webmarketing #businessmodel #communication www.thethinklab.fr