Facebook socialise le web avec le partage sans friction

Magazine La Scène 65 chronique Culture et Nouveaux Médias Nicolas BariteauAu sommaire de ma chronique publiée dans La Scène ce trimestre : Qu’attendent les fans des marques sur Facebook ? Facebook socialise encore un peu plus le web avec la mise en place du partage sans friction. La France est entrée dans le TOP 5 des pays les plus utilisateurs de QR Codes en 2011

Qu’attendent les fans des marques sur Facebook ?

Telle est la question posée dans l’étude Social Brand Experience (janvier 2012). Si cette étude porte particulièrement sur les pages de marques aux Etats-Unis, le constat établi peut cependant s’appliquer aux structures culturelles en France. Parmi les souhaits identifiés : 67% des internautes s’attendent à un traitement spécial lorsqu’ils deviennent fan d’une page sur Facebook; 60% des fans déclarent qu’ils souhaiteraient être mis en relation les uns avec les autres sur la page; 47% s’attendent à une réponse de la marque dans l’heure qui suit leur demande; 41% souhaiteraient partager de nouvelles idées sur la page Facebook.En résumé, les fans attendent plus d’expériences, d’engagement, de réactivité, d’avantages, lorsqu’ils se connectent aux marques sur les réseaux sociaux. Acquérir de nouveaux fans n’est pas une fin en soi, mais un moyen permettant d’enrichir la relation pour mieux connaître ses publics et les fidéliser.

Facebook socialise encore un peu plus le web avec la mise en place du partage sans friction

Partage sans friction ? Vous avez certainement déjà aperçu chez les utilisateurs de Spotify (tel ami écoute tel morceau) et bientôt du journal Le Monde (telle ami a lu tel article). Dixit le site Milky Interactive, « Plus besoin de cliquer sur un bouton : le simple fait d’écouter une musique ou de visionner un film partage l’information sur Facebook. Une seule autorisation est donnée par l’utilisateur lors de sa première utilisation pour partager par la suite automatiquement ses actions sur le site vers Facebook. » Cette évolution va certainement fortement modifié nos usages en générant plus de trafic vers les sites, « untel a lu » est plus incitatif que « un tel aime ». Mais cela repoussera aussi plus d’un utilisateur qui ne voudront pas informer leurs amis de leurs moindre faits et gestes sans pouvoir choisir ce qu’ils souhaitent partager.

La France est entrée dans le TOP 5 des pays les plus utilisateurs de QR Codes en 2011

Selon l’étude TNS SOFRES 07/2011, 89% des mobinautes interrogés déclarent avoir déjà vu des QR Codes, et 42% en avoir déjà utilisé un (ce qui me semble surévalué). Ces petits pictogrammes carrés pouvant être « lus » ou « scannés » par un Smartphone équipé d’une application lecteur de QR code semblent ouvrir un monde d’opportunités pour donner facilement accès à des contenus web depuis tout support imprimé : affiche, billet, cartel, panneau flyer…

Attention cependant : les données constatées sur le terrain sont loin de confirmer ces statistiques. Lors des formations et séminaires que j’anime, plus de 500 personnes formées chaque année d’un peu partout en France, je constate que la réalité est moins rose. Peu de monde les utilise en fait et les données statistiques analysées témoignent de peu d’apport de trafic. Au-delà de l’usage, l’un des écueils principaux est la non optimisation des pages de destination du QR Code. Si votre QR Code renvoie à une page de votre site web ou n’importe quelle autre page, assurez-vous qu’il soit optimisé ou au moins lisible sur un smartphone (sites en Flash s’abstenir).

Retrouvez chaque trimestre ma chronique Culture et Nouveaux Médias dans le magazine La Scène, le magazine de référence des professionnels du spectacle et des acteurs culturels

Author: Nicolas Bariteau Consultant indépendant, je travaille depuis plus de 8 ans dans les métiers du web, de la publicité et des média. Passionné de Culture, je me suis spécialisé dans l'accompagnement des professionnels de la Culture en web marketing, stratégies Internet et média sociaux. J'ai cofondé en 2009 Culture Conseil, portail d'information sur Internet pour les acteurs de la Culture.