Publicités intrusives : faut-il réguler le marché ?

Nicolas Bariteau, fondateur de Nicolas Bariteau Conseil, apporte sa vision du marché publicitaire face au développement des formats intrusifs sur Internet dans le Journal du Net.

Quel sentiment avez-vous quant au développement des formats de publicité intrusifs (pop-up, interstitiels persistants, pub « in text »…) ?

Le visiteur d’un site cherche un contenu spécifique, texte, vidéo, ou image. Les formats intrusifs parasitent donc cette lecture sans valeur ajoutée, d’autant plus fortement si le message n’est pas ciblé…
Le développement de ces formats devrait donc s’accompagner de recommandations d’utilisation spécifiques destinées autant aux annonceurs par l’intermédiaire des agences, qu’aux sites qui diffusent les campagnes publicitaires, via leurs régies.

Avantages, inconvénients, quelles seraient selon vous les conséquences d’une régulation du marché ?

N’oublions pas que de nouveaux formats publicitaires apparaissent quasiment chaque année. Vouloir réguler le marché demande donc en tout premier lieu de prendre suffisamment de recul sur les résultats de ces formats et leur adoption plus ou moins généralisée dans le temps. L’action des internautes sur ces formats régule en soi leur pérennité ou leur marginalisation.

Qui devrait se charger d’une telle régulation ? Les autorités nationales, internationales, les représentants des professionnels comme l’IAB par exemple… ?

La régulation à court et moyen terme se fait par les internautes qui adhèrent ou non à un format. Pour le long terme, autrement dit l’utilisation généralisée de tel ou tel format, la régulation ne peut venir que d’organismes représentatifs des professionnels de la publicité (régies, agences) comme l’IAB, et des éditeurs de sites, comme le Geste. Nous ne croyons pas en revanche à une régulation internationale compte tenu de la spécificité des marchés nationaux.

Laisser un commentaire